En partenariat avec le CEA

Home


Hybridation thermique Delta

Moteur subaru 4 temps 25cc Norme carb4

Bruit : 57 db (voiture 73 db, cyclomoteur 79 db)

Consommation mini et maxi en TT : de 0,3 à 0,85 L/100 km

Consommation moyenne : 0,5 L/100 km

Puissance max à la roue de 7 à 40 Km/h  : 600 Watts

Couple d’assistance à la roue : de 0 à 10 kgm (Moy VAE 0 à 1)

Vitesse de croisière très facile : 35 Km/h

Vitesse de croisière sportive : 40 Km/h

Limite de franchissement très facile : >25% avec cycliste de 120 kg

Limite de franchissement sportif : >35%

Réservoir : 2,5 L

Energie  : Essence ou Alcool

Autonomie : 500 km (essence) ou 400 Km (ethanol)

Poids ajouté au vélo : 8kg

Poids total moyen : 22 kg (de 18 à 26 kg)

Emission CO2 : 10 grs/km essence 5 grs ethanol

FICHE TECHNIQUE


PERFORMANCE -  PLAISIR -  POLYVALENCE - EFFICACITE ENERGETIQUE

Particularités DELTA

Si un Hector Delta est un vélo ou vélo assisté dans l’usage, il entre dans la législation cyclomoteur, qui est la seule voie légale en Europe (Allemagne excepté) pour pouvoir rouler à plus de 25 Km/h. (La limitation à 25 Km/h des VAE est jugée insupportables par la clientèle visée)

La vitesse maximum d’un Delta n’a pas plus de sens, que la vitesse max d’un vélo, c’est pourquoi nous parlons de vitesse de croisière. Celle que vous pourrez tenir indéfiniment (Voir fiche technique).


Comment se conduit un Delta  ?

Lorsque vous montez sur un Delta, vous êtes sur un vélo parfaitement classique (aucune friction supplémentaire). Il passe en assisté lorsque vous démarrez le moteur et activez la commande de gaz, ce qui peut s’effectuer en route sans s’arrêter (démarrage  fiable, c’est un moteur 4 temps). Si bien que le moteur est arrêté chaque fois qu’il n’est plus nécessaire (descente, ou vitesse réduite).

A la différence d’un VAE, un vélo à hybridation Delta demande l’apprentissage d’un «  pilotage  », qui demande entre 1 et 10 Km selon les individus.

Le pilotage Delta se résume en une action sur une commande gaz qui détermine quelle force additionnelle vous ajoutez à vos jambes sur le pédalier et le classique changement de vitesses  fait décroitre la vitesse du vélo, jusqu’à ce que la force demandée au pédalier soit égale à une somme quelconque de la force du moteur et de celle du cycliste.


Avant essai, personne ne visualise les répercussions sur l’activité des mots «  somme quelconque  » et nous n’en parlons d’ailleurs pas (il n’est pas nécessaire d’effectuer mentalement des divisions à virgule pour conduire un Delta  !). Mais cela représente encore un pas supplémentaire, par rapport à ce qu’offrent, les excellents moteurs pédaliers de VAE (Bosch, Sanio). Les visages s’illuminent lorsqu’un débutant Delta, commence à comprendre qu’il n’aura plus jamais à subir l’ingratitude du vélo  quelle que soit la difficulté abordée et qu’il a une liberté totale sur la valeur et le style de son pédalage. Le système offrant une infinité de compromis possible entre nos penchants antagonistes pour la paresse et la vitesse.


« Tout le plaisir du vélo, sans la galère » comme l’a si bien résumée une de nos cobayes cycliste et ancienne utilisatrice de VAE.

 

Sur un autre plan, le pilotage Delta va permettre de faire varier le couple d’assistance de 0 à 10Kgm, contre 0 à 1 pour un VAE à roue motorisée, ou 0 à 3,5 pour les excellents VAE à moteur pédalier, ce qui laisse toute latitude sur le choix du parcourt ou de la charge utile (Personnes en fort surpoids, voyage avec beaucoup de bagages).


Enfin, les testeurs sont toujours surpris de découvrir que le moteur Delta ne peine pas plus dans la pire montée sans pédaler(vitesse très faible), que sur le plat avec un sportif «  dans le rouge  »(vitesse très rapide), et c’est notre goût pour la vitesse qui fait que l’on pédale toujours sur un Delta et beaucoup plus que vous n’imaginez, mais par  plaisir et non pas par obligation législative.


Remarque : Le fond de couple constant des Delta sur roue arrière (jusqu’à 10 Kgm), leur donne en Tous Terrains une adhérence exceptionnelle, qui nous oblige même à allonger les vélos, de manière à pouvoir conserver la roue avant au sol dans les franchissements. Cette capacité d’un niveau  inconnu en VTT,  séduit même l’Armée.